3 questions à ...

Sandra OLANO, Directrice Générale du Groupe OLANO, Membre du Conseil d'Administration de LA CHAÎNE LOGISTIQUE DU FROID



Faisons un focus sur l’actualité : à la crise du covid a succédé la crise du Brexit, entré en vigueur le 1er janvier 2021. On peut dire que l’année commence sur les chapeaux de roue ?

Complètement. Concernant le Brexit, nous avons beaucoup de flux avec la Grande-Bretagne. Quand le Brexit a été promulgué, nous sommes passés de 4-5 camions par jour en groupage pour l'Espagne à… 0. Tout simplement parce que les clients n'avaient pas les documents douaniers ! Une fois ce défi administratif réglé, il a fallu gérer le contrôle vétérinaire obligatoire (SIVEP). Toutes ces contraintes ont réellement alourdi les coûts et impacté les délais de livraisons.

Concernant la crise sanitaire, la situation est bien sûr différente. Lors de la première période de confinement en mars 2020, cela a été très compliqué, notamment à cause de la fermeture des restaurants. Notre filière des produits de la mer a été profondément impactée et a chuté de presque 60%. En revanche la filière du surgelé a bondi tant au niveau du transport que de la logistique. La filière viande a bien été tirée aussi car confinés chez eux, les français ont augmenté leur consommation de viande. Cela nous a permis de rester à l’équilibre même si l’organisation des flux était différente.
Nous avons ensuite adapté notre activité pour réagir toujours au mieux aux confinements et couvre-feux qui se sont succédés.

Dans tous les cas, l’année, aussi rude soit-elle, a permis de confirmer la résilience du Groupe Olano.

La crise a également révélé un autre aspect positif pour la filière : les visages et les missions des acteurs de la logistique ont été mis en lumière. Comment Olano travaille pour que ces métiers de l’ombre soient davantage reconnus du grand public ?

Nous nous investissons particulièrement sur ce sujet. A titre d’exemple, nous avons notre propre école de formation, la OLANO Academy (en partenariat avec l’AFTRAL), qui valorise le métier des exploitants. Ce Bac+2 leur permet de repartir avec l’attestation de capacité transport et commissionnaire et de pouvoir, s’ils le souhaitent un jour devenir directeur de leur société.

Une trentaine de conducteurs porte aussi la casquette de relais formateurs pour valoriser les bonnes pratiques du métier. Ils sont les ambassadeurs de notre image de marque sur les routes d’Europe.

Enfin, nous véhiculons l’image OLANO sur les réseaux sociaux afin de promouvoir nos métiers de Transport et Logistique, notamment à travers des vidéos valorisantes et didactiques.
 


Pourquoi s’investir au sein de LA CHAINE LOGISTIQUE DU FROID ? Vous êtes notamment présente au CA, est-ce important pour vous ?

Oui ! En ce qui me concerne, il y a déjà un enjeu et un désir de transmission : celui de poursuivre et de faire perdurer la structure dans laquelle Nicolas, mon papa, était investi.

Je pense également que c'est important de bien connaître nos confrères et nos partenaires. C’est important simplement de créer du lien, de trouver des moments pour échanger autour de nos pratiques et de s’apprécier. L’année 2020 nous l’aura rappelé !

Et puis, tout simplement j'ai aussi envie de montrer que le métier a évolué et s’adresse tout autant aux femmes ! Nous avons notre place et notre mot à dire. Les mentalités ont bien changé ces dernières années.